Luc Bouquet // lakritikdeluc (26 mars 2021)

[Mais qui est donc Roberto Miranda ? Un dangereux narcotrafiquant portoricain ? Un héros de la Révolution Cubaine ?]
Que nenni mes amis ! Roberto Miranda est un contrebassiste ayant à son actif plus d’une centaine d’enregistrements. Ce fut aussi le partenaire privilégié d’Horace Tapscott.
Ce concert du 25 mai 1985 à Los Angeles a été rendu possible grâce à une bourse obtenue par le contrebassiste un an plus tôt. Ce que l’on remarque, bien entendu, c’est la belle complicité unissant le contrebassiste à Horace Tapscott (d’autant plus éclatante que magnifiée ici par le fougueux batteur Louis R. Miranda, Jr.).
C’est aussi l’occasion de retrouver réunis (ce sera la première et dernière fois) Bobby Bradford, John Carter, James Newton et Horace Tapscott.
De ce mini big-bang émergent évidemment les soli de chacun (la fluidité de Newton, la présence-puissance de Tapscott, la dextérité du contrebassiste-leader, la clarinette virevoltante de Carter, la trompette perce-neige de Bradford) tout autant que la diversité des compositions (hard bop tendu, ballades aux douces articulations, rythmes latins, fulgurances free, blues gospelisant…)
[Encore un trésor déniché par l’indispensable label Dark Tree . Et ça risque de continuer !]

 

 

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2021 DarkTreeRecords Mano