Bruno Guermonprez // Jazz News (avril – mai 2021)

D’un contrebassiste à l’autre avec ce document inédit et passionnant. En 1985, Roberto Miranda a 38 ans et déjà une solide réputation sur la scène de LA où il a frayé avec Charles Lloyd mais surtout le pianiste Horace Tapscott au sein de son Pan Afrikan Peoples Arkestra ainsi que les petites formations de John Carter et Bobby Bradford. Après deux albums sous son nom pour le label Nimbus, Miranda obtient une bourse pour la réalisation d’un projet en moyenne formation qui se concrétise sur la scène du Bing Theatre.
Le contrebassiste réunit amis et famille pour une création bouillonnante. Tapscott, Bradford, Carter sont là. Le flutiste James Newton (disciple de Buddy Colette), le saxophoniste Thom David Mason (descendant spirituel d’Eric Dolphy) aussi. Le set, entre partition et importations, pulsations latines enivrantes (ceinture et bretelles avec batterie et congas) et effluves free grisantes, est enthousiasmant par sa fraîcheur et son ambition transformée. Roberto Miranda devra-t-il obtenir une nouvelle considération à l’aune de ce disque ? On ne peut que le souhaiter.

 

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2021 DarkTreeRecords Mano