Chronique par Luc Bouquet dans ImproJazz (novembre-décembre 2011)
« Qui n’a pas rêvé d’un monde, qui au lieu de commencer avec la parole, débuterait avec les intentions ? » (René Char).

Un monde d’avant les échardes. Quand le cri n’était pas cri. Quand le chuchotement ne savait pas qu’il se nommait chuchotement. Un monde d’avant les éclats, les obus et les ruptures. Un monde qui n’avait pas peur des insomnies et des crises. Un monde sans guide et sans messie. Mais un monde d’esprits. Et d’intentions.
Ce que font ici Daunik Lazro, Benjamin Duboc et Didier Lasserre n’a besoin que de très peu de mots d’explication puisque le délestage est inscrit dans la chair de leur musique et qu’il est impossible de passer à côté. Ainsi, ensemble, écouter et partager (l’impression, ici, de partager réellement cette musique avec ceux qui la créent) cet horizon de fluidité et d’intimité. Ne pas analyser mais se laisser porter. C’est si facile pour ceux qui le peuvent encore.
Musique des origines ou musique d’après les chaos, elle entrouvre au bonheur.

 

 

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2019 DarkTreeRecords Mano