Serge Perrot et Philippe Renaud à propos du concert donné au Festival Météo (Mulhouse) dans ImproJazz (novembre/décembre 2014)

A la Friche DMC Daunik Lazro, Benjamin Duboc et Didier Lasserre, seulement équipé d’une caisse claire, d’une grosse caisse et d’une cymbale – un drum set cher au regretté John Stevens – firent un set d’une prodigieuse beauté, un sommet pour un trio rôdé – un vrai trio – sans aucun ego malvenu. Daunik a démontré – mais a-t-il encore quelque chose à démontrer – qu’il reste l’un des plus grands saxophonistes en activité tant au baryton qu’au ténor, instrument que je ne l’avais jamais vu jouer.
Serge Perrot

On croyait que Daunik Lazro jouait du baryton. Ce n’est qu’en partie vrai, puisqu’il démarra le set avec Didier Lasserre et Benjamin Duboc au ténor, instrument qu’il commence à découvrir et qu’il travaille pas à pas. Le chemin sera long nous confie-t-il, mais la démarche est engagée avec enthousiasme. « Pourtant les cimes » est un trio parfait ; dépouillé à l’extrême, entièrement acoustique, chacun apportant sa touche dans ce voyage quasi chamanisme, ce tourbillon sonore parfaitement maitrisé dans un espace qui permet une circulation du son (des sons) d’une liberté telle qu’après le calme vient la tempête, puis un retour au silence perceptible bien après l’extinction du souffle, du frottement et des pincements. Magnifique.
Philippe Renaud

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2019 DarkTreeRecords Mano