JOHN CARTER

Clarinettiste, saxophoniste et compositeur américain (Fort Worth, Texas – 24/09/1929 – Los Angeles, Californie – 31/03/1991). Il étudie la clarinette, puis le saxophone alto. Après ses premiers engagements, dans sa ville natale et à Dallas, dans des orchestres de rhythm and blues, il étudie à la Lincoln University du Missouri, puis à l’université du Colorado et à celle du Nord Texas.
En 1961, il s’installe à Los Angeles, où il joue avec Carmell Jones, Hampton Hawes, Harold Land, Phineas Newborn… En 1965, il rencontre Bobby Bradford : c’est le début d’une association durable, sous les noms de New Art Jazz Ensemble puis John Carter – Bobby Bradford Ensemble. A Los Angeles, Carter a retrouvé Ornette Coleman dont il dirige, en 1965, une œuvre symphonique.
Après avoir joué des saxophones alto, ténor et soprano, et aussi de la flûte, il se consacre à la clarinette. Il fonde, en 1975, sa propre compagnie de disques, Ibedon, et, sans abandonner son activité d’enseignant, continue de se produire dans la sphère des musiques créatives. A sa mort, Bradford lui dédie la suite Death of a Sideman (David Murray, 1991).
Proche de l’esprit d’Ornette Coleman, comme alto et comme compositeur, il s’est affirmé en développant à la clarinette des techniques spécifiques (multiphonie, contrôle des harmoniques, emploi du suraigu) et en organisant son discours sur de grands intervalles, hérités de la musique contemporaine, sans pour autant négliger les apports du free jazz et de la musique africaine.
Xavier Prevost – Dictionnaire du Jazz

BOBBY BRADFORD & JOHN CARTER QUINTET NO U-TURN – Live in Pasadena, 1975 DT(RS)05
VINNY GOLIA WIND QUARTET LIVE AT THE CENTURY CITY PLAYHOUSE – Los Angeles, 1979 DT(RS)08

© 2018 DarkTreeRecords Mano